La guerre froide

Par Yves Pepin

Question 2

Affirmation erronée : Entre 1945 et 1989, la Guerre froide a été une suite de secousses plus ou moins violentes. Sa fin et celle du communisme vont mener à une montée du nationalisme exacerbé, de la purification ethnique et du racisme en Europe de l’Est et en Europe occidentale. Toutefois, grâce à son droit d’ingérence contenu dans sa charte qui lui permet d’intervenir dans un pays en guerre civile, l’ONU va réussir à contrer toute cette intolérance. Commentez.

Affirmation rectifiée : Entre 1945 et 1991, la Guerre froide a été une suite de secousses plus ou moins violentes. Sa fin et celle du communisme vont mener à une montée du nationalisme exacerbé, de la purification ethnique et du racisme en Europe de l’Est et en Europe occidentale. Toutefois, grâce à son droit de non-ingérence contenu dans sa charte qui ne lui permet pas d’intervenir dans un pays en guerre civile, l’ONU va échouer à contrer toute cette intolérance. Commentez.

La guerre froide

La guerre froide débuta peu de temps après la Seconde Guerre mondiale. C’était l’affrontement, jamais direct, entre les deux puissances de l’époque qui étaient l’URSS et les États-Unis. Le premier conflit entre le bloc capitaliste et le bloc communiste débuta avec l’Allemagne. Ce pays était divisé en quatre zones selon les vainqueurs de la guerre qui étaient l’URSS, les États-Unis, l’Angleterre et la France. C’était le même cas pour Berlin. Chacun avait leur point de vu sur ce que devait devenir l’Allemagne. Au printemps 1946, il y eut des élections dans tous les pays de l’Est et le Parti communiste l’avait dans chacun d’eux. Cependant, les Américains ne s’en faisaient parce qu’ils avaient le monopole de la bombe atomique. Dès 1947, le président américain Harry Truman mit sur pied sa politique d’endiguement qui proposait une aide militaire aux pays qui craignaient l’URSS. Les deux premiers à en profiter étaient la Turquie et la Grèce. Ce ne fut pas tout. Les Américains proposèrent à tous les pays d’Europe le Plan Marshall entre 1948 et 1952. Dans ce plan, Les États-Unis proposaient une aide financière pour la reconstruction de l’Europe ruinée par la guerre. Cela s’adressait à tous les pays, même à l’URSS et les autres pays communistes. La Tchécoslovaquie accepta cette aide dans un premier temps mais fut contrainte à décliner sous les ordres de Staline. Ce plan eut pour conséquences de remettre l’Europe sur pied mais en même temps la divisa en deux blocs : les communistes et les capitalistes.

Deux ans après les élections en Tchécoslovaquie, le communisme était déjà en recul. Le Kremlin fit ce qu’on appelle le "coup de Prague" en faisant arrêter tous ceux qui étaient contre le communisme. Le pays devint alors un vrai satellite de l’URSS. Cela fâcha le monde occidental qui ne fit rien. Ce fut la même année que les occidentaux créèrent la République Fédérale d’Allemagne et le l’URSS créa la République démocratique d’Allemagne. En juin 1948, Staline bloqua toues les routes terrestres et ferroviaires à Berlin ouest. Les États-Unis firent un gigantesque pont aérien durant 11 mois pour compenser. Staline céda finalement durant l’été 1949. Le 4 avril 1949, les États-Unis, le Canada et plusieurs pays d’Europe signèrent le traité de l’OTAN qui avait pour but de protéger les pays européens de l’Union Soviétique. En réponse à cela, les pays communistes organisèrent le Pacte de Varsovie qui avait les mêmes buts que l’OTAN.

La guerre froide atteint son apogée surtout lors de la guerre de Corée. Cependant, les deux camps ne s’affrontèrent pas directement. En mai 1950, La Corée du Nord qui était communiste avait envahi la Corée du Sud capitaliste. Truman envoya l’armée américaine pour aider la Corée du Sud. Les Chinois qui étaient eux-aussi communistes vinrent en aide à l’autre camps. Cette guerre fit 1,5 millions de mort. Cependant, la guerre froide s’apaisa lors de la mort de Staline en 1953. Son successeur était Nikita Khrouchtchev. Ce fut avec lui que les dirigeants soviétiques et les dirigeants américains purent commencer des pourparlers. La crise repris peu de temps après.

La guerre froide reprit de plus bel en 1962 lors de la Crise de Cuba. L’URSS avait haussé son aide militaire à Cuba parce que les Américains avaient tenté de renverser Castro. Un avion espion apprit à Kennedy qu’il y avait des lances de missiles nucléaire sur Cuba. Kennedy imposa un blocus total de l’île pour empêcher les Soviétiques d’apporter les missiles. Khrouchtchev céda et fut démis de sa position. Cette crise montra le danger de la course aux armements nucléaires. Il y eut alors un traité signé (Salt I) pour limiter les rampes de lancement de missiles nucléaires intercontinentaux. En 1973, Brejnev signa à Washington un accord commercial avec les États-Unis. Tout semblait aller vers la fin de la guerre froide mais ce ne fut pas vraiment le cas.

Dès 1978, l’URSS se mit à moderniser ses missiles qui pouvaient atteindre des distances de 3500 km. Une centaine d’entre eux furent installés en Europe de l’Est. L’OTAN fit de même en installant des nouveaux missiles partout dans le monde. En 1979, d’autres accords furent signés (Salt II) et qui avaient le même objectif que Salt I. En 1980 et 1981, un grand mouvement de paix se développa partout dans le monde. La vrai détente se fit seulement vers 1985 avec l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev. Il voilait réformer le système communiste qui avait une économie déficiente et où l’armée avait trop de poids. Cependant, il devenait de plus en plus évident que le système soviétique était près de l’écroulement. Il se rendit aux États-Unis pour signer un traité (Start I) pour réduire le nombre de missiles nucléaires. Le communisme s’écroula le 8 décembre 1991 lorsque Gorbatchev remit sa démission. Il devint même le bouc émissaire de tous les malheurs de la Russie. Avec la chute de l’URSS, ce fut vraiment la fin de la guerre froide. Cependant, cette chute amena d’autres problèmes en Europe de l’Est.

 

 

Les nationalismes exacerbés

Longtemps avant la montée du communisme, l’Empire russe avait sous sa domination plusieurs petites nationalités. Cette domination permit de tracer des frontières de façon arbitraire. Ce fut la même chose au temps de l’Union Soviétique. Mais lors de l’effondrement de l’URSS, toutes les petites nationalités qui obtinrent leur indépendance contestèrent leur territoire. En novembre 1991, avant la chute du communisme, une guerre éclata contre la Tchétchénie qui voulait obtenir son indépendance. Cette guerre qui arrêta en 1996 et repris de nouveau en 1999 fit 100 000 morts. Il y eut en ex-Yougoslavie des purifications ethniques. Selon les Serbes, les origines de leur peuple étaient au Kosovo. Les Albanais pensaient la même chose. Il y eut à cet endroit une purification ethnique contre les Albanais. Pour ce qui était de l’Europe occidentale, elle cherchait à s’unir depuis 1950. Cependant, une montée de mouvements racistes firent leur apparition lors de la chute du mur de Berlin en 1989. Ils refusaient l’Union Européenne. Tout le monde pensait que la chute du communisme allait rapprocher les peules mais ce ne fut pas le cas. Il est important de voir comment il se fait que l’ONU n’est pas intervenue dans les cas d’épuration ethnique et de guerres civiles.

Le rôle de l’ONU

L’ONU qui devait aider à éviter qu ce genre d’horreurs ne se reproduisent plus fut très peu efficace. Elle ne pouvait intervenir seulement lors de guerres entre deux pays et non pas lors de guerres civiles. Boutros-Boutros Ghali prônait une intervention musclée lors d’atrocité mais il fut battu par Kofi Annan qui n’était pas en faveur de cela. De plus, il i avait un manque de volonté de la part de ses membres. L’ONU se contenta donc de regarder ces pays faire leurs tueries sans réagir. De plus, ses dirigeants disaient qu’il y avait tellement de conflits qu’il était impossible au Conseil de sécurité d’agir partout. L’ONU se contenta de jouer un rôle humanitaire sans vraiment régler les problèmes. On peut donc dire que l’ONU prônait la "non-intervention" lors de guerres civiles.

Pour terminer, on peut dire la guerre froide amena une énorme tension à travers le monde. Tous avaient peur d’un conflit nucléaire entre le bloc communiste et le bloc capitaliste. Quand l’Union Soviétique s’effondra, il y eut une montée d’un nationalisme exacerbé surtout dans les anciens pays communistes. L’ONU ne put rien y faire car elle n’avait pas le mandat d’intervenir lors de guerres civiles. Il sera intéressant de voir comment évoluera la situation dans l’avenir.


[Retour à la section Histoire]